Ma préparation des ruches pour la récolte du miel de lavande

Le travail acharné des abeilles lors de la saison de la lavande

 

De tout temps, l’homme a marché aux côtés de l’abeille, de nos jours la miellerie des butineuse travaille avec minutie pour produire le plus onctueux des miels : le miel de lavande.

 

Qui connaît l’histoire de l’Or… comestible?

 

Consommé depuis des milliers d’années, le miel a toujours été considéré comme un trésor, un produit de très haute qualité alimentaire et symbolique,  de l’époque Egyptienne à l’Antiquité ou au Moyen-âge et encore aujourd’hui dans certaines cultures. Les prélèvements faits par l’homme se sont toujours inscrits dans le cadre d’une consommation ponctuelle et raisonnable. De recherches d’essaims dans la nature à la collecte pour une consommation locale, le miel garde un avantage certain sur d’autres produits naturels parce qu’il se conserve très bien et qu’on peut le stocker sur une longue période. Date de péremption presqu’infinie pour cet Or comestible qui de nos jours est produit de façon plus abondante grâce à l’apiculture professionnelle. Et c’est tout bénéfice pour notre environnement puisque les abeilles contribuent à la reproduction, à l’évolution et à la diversité du monde végétal, assurent la survie de plus de 80% des plantes  à fleurs qui sont à l’origine de 70% de notre nourriture ! Et la main de l’homme – l’observation et la science des apiculteurs – offre une qualité de miel formidable en préparant et en sélectionnant des ruches pour aller butiner certains types de fleurs et apporter un goût unique et recherché à chaque production différente. Chaque jour, les apiculteurs font de leur mieux pour toujours produire un miel bio de la plus haute qualité.

 

Que se passe-t-il avant et pendant la récolte de lavande dans les ruches ?

 

Le butinage des fleurs de lavande est extrêmement exigeant et pénible pour l’abeille en juin et juillet, mois durant lesquels le temps est chaud et sec. Et si la nature peut être généreuse en offrant du nectar qui en fonction de la météo et des colonies donnera du miel, elle peut aussi être cruelle en contribuant à la perte de près de 30% des abeilles du rucher, la raréfaction du pollen et la difficulté de récolte du nectar en étant la cause. Fort de ces connaissances, nous devons préparer nos colonies afin qu’elles soient populeuses en juin et juillet, c’est-à-dire avec un maximum d’abeilles butineuses, celles qui sont âgées de plus de 21 jours. Leur espérance de vie étant de 45 jours en moyenne, 30 à 35 jours sur les lavandes à cause de la pénibilité de leur travail et de la rareté de leur butin, dès la fin janvier nous surveillons le développement des colonies qui vont passer dans chaque ruche d’une population d’hiver de l’ordre de 10000 abeilles à 60 voir 80000 début juin. Pour se faire, nous devons sélectionner les reines les plus productives, celles qui pondent le plus, en un mot les plus jeunes et les plus dynamiques. Pour la petite histoire, la reine des abeilles ne se fait féconder qu’une seule fois dans sa vie qui va durer 3 à 5 ans en général. Lors de cette fécondation, elle remplit sa spermathèque (la poche qui va stocker et maintenir en vie les spermatozoïdes) et pourra pondre ainsi pendant 3, 4 ou 5 ans jusqu’à 3000 œufs fécondés par jour (surtout au printemps). En vieillissant sa spermathèque se vide et la reine devient par conséquent moins productive. Vous comprenez alors que sans cette sélection de départ faite au sortir de l’hiver ou l’année précédente, nous n’obtiendrons pas grand-chose en juillet, sachant qu’il faudra ruser avec les caprices de la météo tout au long du printemps. Eh oui, nous avons aussi besoin d’une météo clémente en avril et mai pour que les abeilles profitent au mieux des fleurs. Si le Printemps est pluvieux ou venteux, la reine ralentira ou arrêtera sa ponte, les abeilles engrangerons moins de nourriture et les colonies ne pourront pas se développer de façon harmonieuse. Science, expérience et Nature doivent se conjuguer au mieux pour être efficace et faire produire à nos abeilles ce miel de lavande de la plus haute qualité.

 

Qu’est-ce qui fait que le miel de lavande a une telle qualité ?

 

Il existe deux miels en Provence nommées et étiquetés miel de Lavande : Le miel de lavande fine et le miel de lavandin, deux fleurs très différentes qui grâce à l’action des abeilles donneront deux miels tout aussi différents :  si le miel de lavandin est d’une couleur presque blanche avec une texture extrêmement fine (comme du beurre sorti du réfrigérateur) et habillé d’un parfum très camphré, fort en bouche au début et s’évanouissant rapidement, le miel de lavande fine à la couleur dorée et à la texture légèrement granuleuse et dure dévoile un parfum plus subtil qui s’épanouit progressivement en bouche sans être fort ou puissant pour s’évanouir lentement en laissant en fin de dégustation une petite note acidulée qui rappelle les bonbons d’autrefois. Bien souvent ces 2 miels sont récoltés ensemble et par conséquent mélangés, mais quelques virtuoses, dont nous sommes, savent encore les marier avec subtilité pour le plus grand plaisir de nos papilles.

 

Publié le